Le Président de la Fifa ne sera pas soumis à une décision du Comité d’éthique

Les médias allemands révèlent que Gianni Infantino, Président de la Fifa risque la suspension de 90 jours pour avoir ordonné la destruction de l’enregistrement d’une réunion du Conseil de la FIFA.

Un porte-parole de la commission d’éthique a cependant expliqué qu’il ne sera pas soumis à sa décision ; car aucune enquête n’a été lancée.

Le Président de la FIFA Gianni Infantino, qui est accusé par la presse allemande, ne sera pas poursuivi par la justice, différemment de l’affirmation des journaux, a expliqué vendredi la commission d’éthique de la FIFA à l’AFP. « Aucune procédure absolue n’a été menée contre M. Infantino », a d’après Roman Geiser, porte-parole de la commission d’éthique, dans un mail reçu par l’AFP, qui nie des informations de la presse allemande.

Arrivé à la tête de la Fifa le 26 février, M. Infantino a remplacé Sepp Blatter, interdit, de travailler, est attaqué depuis le congrès de Mexico par la presse allemande en ce qui concerne surtout le salaire qu’on lui a proposé et qu’il trouve imparfait.

D’après le journal Die Welt, M. Infantino allait être visé par une enquête de la commission d’éthique.

En fait, le journal indique que le patron du football aurait exigé dans des mails la destruction de l’enregistrement des minutes du conseil de la FIFa où il était discuté son salaire et qui l’exposait à une suspension provisoire de 90 jours.